3 ans au Japon

La vie trépidante d'une Desperate Housewife à Tokyo.

31 mai 2008

Blade runner

Et voila, cela devait bien arriver un jour, intituler un billet "Blade runner". Lieu commun me direz vous... Force est de constater que je ne trouve pas d'autre titre pour caractériser nos expéditions d'hier soir et aujourd'hui. Nous étions invites chez des amis, les deux endroits étant situes au nord de Tokyo, et c'était la première fois que nous prenions la voiture pour parcourir ce type de trajet. Autant vous le dire tout de suite : si ce n'était pour les enfants et un gros objet à récupérer, nous aurions plus vite fait de prendre les transports en commun. Pourtant, Tokyo est lardée de voies express suspendues permettant de by passer les avenues encombrées et les nombreux feux de circulation. D'où l'effet Blade Runner : buildings et panneaux publicitaires se succèdent a leurs franges. De nuit, c'est clair, ça en jette.

CIMG2697CIMG2699CIMG2704

Mais ce n'est pas forcement si pratique que cela...

Premier problème : quand le GPS (nippophone exclusivement) nous demande de prendre une avenue située en dessous de ces voies suspendues (et nous devons bien passer dessous pour justement y accéder), le satellite nous perds de vue, et tant que nous sommes "caches", les flèches et schémas se figent et il est impossible de savoir quelle doit être la prochaine direction à prendre. C'est là que nous devons essayer de deviner: parfois l'écran nous donne une indication en kanji et à nous de repérer la direction sur les panneaux au dessus de nous, d'autres fois nous n'avons aucune indication et on rigole bien... jaune !
Deuxième problème : ouf, on remonte à la surface... justement sur une de ces voies suspendues. Aie! ça douille ! 700 Yens (environ 5 euros) le droit de passage. Tout cela est bien normal compte tenu de l'investissement que représentent ces ouvrages, mais si l'on compte les frais d'essence, d'entretien, voire de parking de la voiture, la petite escapade dans Tokyo revient bien plus cher que si nous avions utilise le train.

CIMG2706CIMG2707CIMG2708

Une fois sur ces voies express, la circulation était fluide en allant vers le nord, mais très encombrée pour revenir chez nous. Tropisme Tokyoite ? Cet impressionnant réseau de routes, parfois sur 2 niveaux, parfois souterrain, est particulièrement sinueux. Il pleuvait ces derniers jours, et se retrouver à 80 km/h (pour tenir le train des autres usagers) de nuit et sous une pluie battante n'est pas rassurant pour la desperate housewife que je suis, plus habituée à son petit 40 km/h lors de mes trajets vers l'école. D'autant que nous surveillions fébrilement l'écran du GPS... et c'est le troisième problème : mieux vaut ne pas louper sa sortie, car cela rajoute quelques kilomètres à l'expédition. Et hop ! c'est reparti pour un tour sous les voies rapides...

CIMG2703CIMG2710

J'imagine qu'à l'usage nous serons de plus en plus aguerris à ces routes (et pourtant ! venant sur Nice tres souvent, Nicolas est habitue à ces voies rapides !). Deja, nous avons bien repéré le trajet de retour, via Shibuya et Sangenjaya. Il ne reste plus qu'à potasser notre city atlas pour être un peu plus alerte et savoir improviser lors de nos prochains déplacements.

Posté par FloaSingapour à 21:17 - Se deplacer - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    Tu aurais du aller en train et te faire livrer par yamato kuro neko en chakurarai. (c est a dire tu paye a la reception). Tu peux ecrire ton adresse en romanji. Il se deplace pour prendre le colis.

    Posté par Chouka, 01 juin 2008 à 13:08
  • C'était ma toute première impression du Japon: juin 2004, arrivés par le vol d'Amsterdam à 9 heures du matin à Tokyo, temps lourd et humide d'avant typhon, obligés d'attendre jusqu'à 11h 30 pour prendre le "Rimoujin bas" (limousine bus) qui allait jusqu'à notre hôtel, à peine assise dans ledit bus, après le discours de bienvenue de l'employée et la courbette de rigueur, je pique du nez et je me réveille vingt minutes plus tard, le bus file sur la voie rapide en pleine ville, sous la pluie, au niveau du 4e ou 5e étage des immeubles, moi aussi, j'ai tout de suite pensé à Blade Runner...

    Posté par Pascale, 02 juin 2008 à 18:48

Poster un commentaire