3 ans au Japon

La vie trépidante d'une Desperate Housewife à Tokyo.

23 janvier 2008

Pas contente !

Non, pas à cause de la neige, bien que la logistique du trajet maison/école en fut bien perturbée. Romane a bien voulu de la poussette, mais vu la perte de la couverture pluie, certes nous sommes allées plus vite, mais elle n'en a pas moins été trempée. La neige est tombée drue jusqu'à 14h cet après midi. Imaginez donc votre pauvre bloggueuse poussant la poussette d'une main, tenant son parapluie de l'autre et portant Dorian en écharpe sur le devant. J'étais bien contente d'arriver à l'école et de larguer mon paquet (qui pleurniche de moins en moins à mon départ), pour repartir en direction de la Mairie de Setagaya. L'idée de départ était de prendre le métro à Yoga et de faire un changement. Yoga se trouvant à 15 minutes à pieds de l'école, je commençais sérieusement à souffrir du froid (mais comment font les écolières en jupette et chaussettes au genoux ?!?). Je vois passer un bus allant à la station : trop tard pour le prendre, mais je me plante à un arrêt en attendant le suivant... à moins qu'un taxi ne vienne me sauver la mise. Et c'est un bus qui arrive sur lequel est inscrit "Setagaya Kumin Keikan". Un éclair traverse mon cerveau : si ca se trouve, c'est ainsi qu'est désignée la mairie en Japonais. Un autre éclair : "la prochaine fois, bosse mieux ton itinéraire ma belle... à minima prends en note la version japonaise des lieux où tu souhaites te rendre...". Je monte dans le bus qui de CIMG1364toute façon allait quand même à Yoga, et je demande au chauffeur de me confirmer que son terminus est bien la Mairie : heureusement j'ai emmené une brochure "Life in Setagaya", contenant des tas d'informations en Anglais (avec synthèses en japonais sur le côté, ce qui est bien utile pour communiquer) et notamment le plan d'accès de la Mairie. Cette fameuse brochure, je ne l'ai découverte qu'à mon retour de France, Nicolas ayant complétement oublié de me la mentionner... Bref, je suis dans le bon bus, je n'ai plus qu'à attendre le terminus.
J'arrive donc sans encombre à la mairie, et première chose, je récupère mon Alien Registration Card. C'est un sésame indispensable et à porter tout le temps avec soi... à lire d'ailleurs la mésaventure racontée sur le Konnichiwa... Je tente de faire enregistrer mon sceau (inkan) mais on me répond que cela me sera parfaitement inutile et que de toute façon il n'est pas valable (sans même y jeter un coup d'oeil !). Je suis dépitée, mais ce n'est pas bien grave : nous verrons cela avec Nicolas ce soir. Puis je tente de localiser le bureau "santé de la mère et de l'enfant" : il me faut enregistrer les enfants pour que leurs soins soient subventionnés par la mairie (à des tarifs imbattables, dans les 5 euros la consultation) . Sur les conseils de l'hotesse d'accueil, je change de bâtiment et je vois une dame qui se lève derriere son bureau et me fait un grand sourire : je me dis qu'au vu de Dorian dans l'écharpe elle a du comprendre pour quoi je venais et c'est le bon bureau. Grace au guide je lui fait comprendre ce que je veux, et pendant qu'elle passe un coup de fil je regarde mieux et je me rends compte que je suis au guichet pour "la politique du troisième âge". Hem il y a un problème ! Et bien cette dame, au lieu de me renvoyer vers je ne sais quelle destination est en fait en train de solliciter l'interprète de la Mairie et de faire descendre une employée chargée de la mère et de l'enfant pour m'accueillir. Elle me ramène au bâtiment précédent et je m'installe avec ces deux personnes à un bureau. Elles papotent longuement, ce que l'interprète me retranscrit en une phrase : c'est un peu déroutant. On me demande d'inscrire le nom de Nicolas en tête du document, notre adresse, mon nom; on me fait sortir mes papiers et ceux des enfants : Alien Registration Card, passeport, cartes de sécu... Ca parlemente toujours un peu, je ne sais trop pourquoi. Et puis finalement on me demande de signer en lieu et place de mon mari, à titre exceptionnel : normalement c'est lui qui aurait du venir faire cette démarche... c'est là que je me vexe : ah bon ? moi la mère, je ne pourrais pas signer pour mes enfants ? D'abord l'Inkan, puis cela... hem ne serait-ce pas parce que je suis une femme, une simple épouse ? Au Japon en effet le machisme est très présent et les femmes, une fois mariées, restent au foyer... Je ne laisse pas, cependant, paraître mon mécontentement.

Cartes_soins_enfants_modifCIMG1368

On me fournit 2 cartes jaunes, à présenter à l'hôpital ou chez le médecin pour les soins des enfants, des bulletins roses (dont je ne me souviens plus bien l'usage... je verrai avec mon médecin) et des bulletins jaunes qui serviront pour les vaccinations, ainsi que le calendrier (en japonais) de ces vaccinations. Pendant ce temps là, Dorian a été sage, je l'ai sorti de son pilote et il a fait la joie de l'interprète. Je repars donc, non sans avoir appelé Nicolas pour lui faire part de mon sentiment de vexation.

CIMG1362

CIMG1360Retour vers l'école en bus, toujours sous la neige : je suis en retard, j'appelle l'école et Romane reste 20 minutes de plus sans que cela pose problème ni pour eux, ni pour elle. Mieux encore ! le responsable a pitié de moi, mon écharpe, ma poussette et mes deux enfants et me propose de me ramener en voiture. Une fois le repas terminé et les enfants à la sieste, je  m'attable à mon ordinateur et je vais  faire part de mon étonnement  sur ce qui vient de m'arriver sur le forum France Japon... Et là, Cable me répond tout bêtement que n'étant pas la salariée du foyer, les enfants ne me sont pas rattachés coté sécu : il est normal que ce soit Nicolas le demandeur de cette subvention municipale...Ca tombe sous le sens, et il n'est nullement question de discrimination homme/femme ou liée à mon statut d'étrangère...Je réalise alors qu'on peut avoir un esprit très ouvert sur une nouvelle culture, un nouveau pays, on en est pas moins sujet à quelques conclusions hâtives et malheureuses.
Ceci dit, je ne suis toujours pas contente : bien que j'ai choisi d'être maman au foyer pendant quelques mois, j'aimais mieux lorsque j'étais moi aussi le gagne pain de la famille... Il va falloir que je m'y fasse !

Posté par FloaSingapour à 20:29 - Se soigner - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    Je n'ai jamais ressenti ça bien au contraire, j'ai toujours trouvé le personnel administratif très conciliant avec le statut d'épouse. Par contre il m'a bien semblé que le personnel devenait de plus en plus tatillon et ça me met hors de moi car je suspecte des notes de service recommandant une grande vigilance avec les étrangers. Je n'ai même pas eu l'envie de raconter sur le blog mon aventure à la mairie de Bunkyo, j'étais trop en colère! Allez, promis, demain je te raconte tout ça.

    Posté par Marie à Tokyo, 23 janvier 2008 à 21:00
  • Tout s'éclaire!

    Tu es une Alien!... Tout s'explique!!!

    Bisous ma belle.

    Posté par Juliette, 23 janvier 2008 à 21:16
  • Ah parce qu'il a carrément refusé d'enregistrer ton inkan? Je croyais qu'il avait juste ralé. Alors ça, c'est un peu énervant! Il aurait pu dire pourquoi il n'est pas valable.

    Bon, quelques pistes: Les étrangers n'ont pas le droit aux kanji, mais juste les romaji et les katakana. Il faut que le diamètre du inkan soit compris entre 8mm et 25mm. Pas de matière fantaisiste. Seuls le nom et/ou le prénom peuvent y figurer. La gravure ne doit pas être "en négatif", c'est à dire que les lettres doivent être imprimées, et non pas seulement leur contour. etc...

    Mais sinon en dehors de ce genre de règles strictes, il n'a pas le droit de le refuser sous prétexte que "ça servira à rien".

    Posté par Cable, 23 janvier 2008 à 22:15
  • Si ça peut te consoler, nous, on ne se sert jamais de notre inkan, apparemment tout le monde se contente de notre signature. On l'a utilisé deux ou trois fois au début et ça n'allait jamais, on nous renvoyait tous les dossiers parce que l'inkan débordait de trois millimètres à l'extérieur du cercle, bref on a laissé tomber. De temps en temps, on fouille frénétiquement le tiroir où on croit l'avoir vu pour la dernière fois pour s'assurer qu'il est toujours là...

    Posté par Pascale, 24 janvier 2008 à 08:32
  • Bon courage , moi la mairie je deteste, il y a toujours quelque chose qui va pas et je suis obligee de rentree bredouille et y retourner .
    Et c'est a perperte a pieds, T______T

    Par contre, pour le cote mere mis en retrait, j'ai pas ce sentiment.
    On m'a jamais dit quoi que ce soit .
    Pour ton papier il voulais surement le responsable financierement de la famille et pas mere ou pere.

    Bon courage, ^^

    Posté par Megu-chan, 24 janvier 2008 à 13:07
  • Entre le blog de Marie et toi...on tombe de haut !! Quel accueil...

    Posté par damouredo, 26 janvier 2008 à 17:56

Poster un commentaire